Tout ça c'est une question de rythme.

C'est dur de retrouver un rythme, le rythme. Je parle du blog.

Déjà j'ai du mal à retrouver mes clés souvent, alors qu'elles sont dans ma poche. Dans ma poche droite, parce qu'il y a tout dans ma poche droite de jean, ou de manteau. C'est d'ailleurs complètement con du point de vue purement logique, vu que je suis gaucher. Oui mais c'est comme ça, j'ai presque tout dans ma poche droite et bon voilà quoi. Tout le temps. C'est comme ça que j'ai remarqué, car on n'y fait pas attention, ce sont des gestes que l'on exécute machinalement, que je mets toujours tout dans ma poche droite, invariablement. C'est en fouillant dans ma poche droite, en constatant qu'elle est vide et que tout est dans la poche gauche, que je mets toujours tout dans la poche droite, c'est le vide de ma poche droite qui me fait prendre conscience que je ne me sers que de ma poche droite en fait.

Oui mmbon.

Je disais donc, c'est un rythme à retrouver.

Quand j'étais jeune,  il y a un an sur ce blog, il n'était pas rare que je publie un billet tous les deux jours, avec la régularité du métronome. C'est bien comme expression ça, avec la régularité du métronome, j'aurais pu dire avec la régularité de l'horloger, mais un métronome est un putain de bel objet, et j'ai moins d'affection pour un horloger. Attention hein, je ne méprise pas les horlogers, ils ont le droit d'avoir un métier de merde si ça leur chante, mais moi, une baraque avec des coucous suisses, ça me hérisse le poil, je ne saurais dire pourquoi, et peut-être même qu'on s'en fout, de savoir pourquoi. Toujours est-il que si j'ai bien un métronome à la maison, je ne possède ni coucou suisse ni horloger. Voilà, c'est dit. Attention hein, je le redis pour être suffisamment clair, je ne méprise pas d'une quelconque façon la sale race des horlogers, ces sales corporatistes, nan faut être clair avec le lobby du coucou suisse quoi.

Oui donc, je disais, j'avais le rythme dans la peau.

 En parlant de corporatisme et de communautarisme plus largement, pendant qu'on y est, crevons les abcès, je voulais signaler que j'ai déjà mangé des fayots et des crêpes pas cuites dans une communauté baba cool y a longtemps. Oui nan c'est juste pour dire, il est temps de me positionner politiquement, et je veux affirmer haut et fort et ici-même que je déteste le communautarisme avec des crêpes pas cuites. Encore les fayots ça passe, je veux bien. C'est que nous vivons une époque troublée dans laquelle des partisans essaient de dresser des populations ou des communautés les unes contre les autres, ou de se replier en communautés. Bon je vous vois venir, évidemment vous allez me dire que pour la communauté des lits-pliants par exemple, c'est normal qu'on se replie sur soi. C'est même fait pour. Ouais mais putain vous êtes complètement à côté là, je me demande si on se comprend bien. Non moi je parle par exemple du fait qu'on veuille dresser la communauté des gens du voyage contre la communauté des gens qui veulent pas bouger leur gros cul. Refermons cette brillante parenthèse, ce lumineux exposé, n'ayons pas peur des mots.

Oui donc, le rythme.

Indépendamment des récentes considérations médicales qui ont fait que je ne pouvais rien publier, par exemple quand j'étais sous anesthésie générale sur la table d'opération c'est pas pratique, ou que deux jours plus tard je m'amusais avec la pompe à morphine pour m'envoyer des super-doses dans le cornet, bon ben évidemment j'étais pas en état et j'aurais pris le risque, vu que j'étais complètement shooté, de publier des trucs complètement loufoques et pas sérieux, ce qui aurait nui à mon image de mec posé et psychologiquement équilibré, voyez-vous. Oui donc, indépendamment de tout ça disais-je, j'ai perdu le rythme.

Tiens en fait, je viens de me rendre compte d'un truc dingue, en écrivant ce billet.

Tout dépend de la façon dont on regarde les choses, finalement.

 En fait de rythme, je suis en train de me demander si je l'ai pas retrouvé, mon rythme, en ne publiant plus rien, en ne foutant plus rien, à regarder les mouches, affalé sur le canapé.

Du coup ça expliquerait bien des choses.

 Réfléchissons-donc posément à cette question.

Mais avant, allons dormir, ou rien foutre sur le canapé.

 Faisons pas tout en même temps.

Commis par pow wow on lundi 2 janvier 2012
categories: , | edit post

9 réactions disproportionnées

  1. Anonyme Says:
  2. Ce n'est rien
    Tu le sais bien
    Le temps passe
    Ce n'est rien
    Tu sais bien
    Elles s'en vont comme les bateaux
    Et soudain
    Ca prévient
    Comme un bateau qui revient
    Et soudain
    Il y a mille sirènes de joie
    Sur ton chemin
    Qui résonnent et c'est très bien

    Et ce n'est qu'une tourterelle
    Qui revient à tire d'aile
    En rapportant le duvet
    Qu'était ton lit
    Un beau matin

    Et ce n'est qu'une fleur nouvelle
    Et qui s'en va vers la grêle
    Comme un petit radeau frêle
    Sur l'océan

    Ca prévient
    Comme un bateau qui revient
    Et soudain
    Il y a mille sirènes de joie
    Sur ton chemin
    Qui résonnent et c'est très bien

    Et ce n'est qu'une tourterelle
    Qui r'viendra à tire d'aile
    En rapportant le duvet
    Qu'était son nid
    Un beau matin

     
  3. Moi j'ai d'autres poissons à faire frire (t'inquiète, c'est de l'anglais), mais j'ai toujours le temps de te lire.

     
  4. Déjà content de te retrouver, le rythme viendra avec le temps. (après tu peux très bien te foutre du rythme, comme tu le dis, et publier au feeling, comprenant que CHAQUE billet comprend son propre rythme à lui).
    (Oui je suis barbouillé ce matin et donc passablement confus, désolé).
    Bonne année.

     
  5. Quoi ?
    johnny Crêpe à pris une cuite avec Mia Fayot ?

     
  6. Steuplait, reprend une dose du truc là avec ta pompe, j'aime bien quand tu écris "des trucs complètement loufoques et pas sérieux".

     
  7. pow wow Says:
  8. Anonyme, c'est toi Julien?

    Flo, merci de prendre le temps.

    Mike, bonne année à toi aussi, fais-nous plein de beaux billets drôles.

    Nombril, c'est fini les fêtes, t'es pas dessaoulé encore?

    Asinus, cotisez-vous et achetez-moi une pompe à morphine.

     
  9. Tu as raison.

    Faire rien, ce n'est pas rien faire.

    D'ailleurs, lorsqu'on dit "je n'en sais foutre rien", cela ne signifie pas la même chose que "je ne sais rien foutre".
    Vous aviez remarqué ?

    L'ennui, c'est les gens qui ne sont pas foutus de ne rien foutre.
    Ils me font peur.
    Peuvent pas s'en empêcher.


    ....
    Et en plus, le captcha, c'est "chomat"
    Me dis pas que tu l'as pas fait exprès !

     
  10. Bysonne Says:
  11. Le rythme c'est affreux. Chacun le sien. Rien foutre c'est sublime, tu peux penser que tu fais des tas de choses, tu peux réfléchir, même si tu peux réfléchir en foutant quelque chose. Pis cht'garantis le métronome c'est atroce quand tu dois travailler tes gammes avec, j'aime mille fois mieux mille coucous dans mon home. ;-))

    Je marche aux opïoides depuis pas mal de temps, ce qui explique bien des choses. ;-))

     
  12. pow wow Says:
  13. Stoppy, où c'est que t'étais? T'es en conditionnelle?

    Bysonne, on se fait une opioïde-party un de ces quatre?

     
.
Fourni par Blogger.

Google+ Followers

N'oublions jamais !

N'oublions jamais !

RÉALISER UNE DONATION

Mon meilleur profil grec

Ma photo
pow wow
Vanuatu
Regarde dans l'onglet "À propos" là au-dessus si des fois ça te chante.
Afficher mon profil complet

Fais tourner!

Les boutons ci-dessous détectent automatiquement la page sur laquelle vous vous trouvez pour la partager, c'est vachté bien foutu n'empêche.

Touitteur poweur




NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

ESPIONS DE LA NSA

Suivre le blog en recevant un nimèle dans ta boitolette virtuelle

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

NOS RÉCOMPENSES, LABELS ET CERTIFICATIONS

Montage créé avec bloggif