A quoi tient la vie...

A pas grand-chose, on se rend pas compte mais c'est le jour où l'on se rend compte qu'on voit ça. Qu'elle tient à pas grand-chose. On se dit oui eh ben à quoi elle tient la vie, eh ben à pas grand-chose. On se rend compte. Non j'insiste parce que vous êtes longs à comprendre c'est pour ça.

Hier, alors qu'une pénombre inquiétante naissait par la fenêtre de mon atelier en lieu et place des rayons bienfaisants de l'astre diurne qui avait pratiquement fini sa journée quasiment, à l'heure où la chouette sort de son terrier et allume ses grands yeux pour voir dans la nuit c'est bien pratique au fond, à l'heure où les chacals vont boire à la mare si y a de l'eau des fois c'est pas sûr bon ben si y a un déficit pluviométrique alors là hein on n'y peut rien, bon bref la nuit tombait, je vais faire court.

Le hasard était là, tapi dans l'ombre dans un coin de l'atelier, jouant ma vie aux dés avec la chance et le malheur, moi, innocent comme l'agneau fraîchement né du matin en train de tripoter des bouts de bois et des outils tranchants, mes beaux doigts bien replets et bien boudinés...l'acier dur et coupant sans âme des outils...

"La chance: -Un double six et on le laisse en vie.

Le malheur: -Un brelan et on le fait découper en morceaux.


Le hasard: -421! Vas-y Marcel, à toi de jouer. Tu me dois 20 000."

Tout se déroula très vite. Alors que le tranchant d'un large ciseau à bois crissait sur le bois, enroulant un fin copeau de la précieuse matière en un serpentin s'allongeant comme les soirs de 31 décembre quand t'es bourré, que tu fais la gueule et qu'un connard te jette un putain de serpentin à la con dans la gueule et que tu lui réponds à coups de bouteille de champagne cassée sur un coin de table parce que tu viens de prendre la bonne résolution de distribuer des bourre-pifs à partir du 1er janvier à tous ceux qui t'emmerdent, oui bon bref, le ciseau se rapprochait de ma main droite qui tenait le morceau à son extrémité.

Tout à coup, aveuglé par le reflet insoutenable de l'ampoule de 60 watts sur le tranchant du ciseau, je ne vis plus rien, vite alors je cherchai un repère visuel pour recouvrer la vue car la course du ciseau continuait inexorablement vers mon organe préhensile situé à ma droite, je sentais le drame se nouer, c'était inévitable. Et puis non en fait, j'arrêtai et posai le ciseau et bon voilà. En fait c'était pas dur, tout ça c'est dans la tête ma femme elle me dit.

En prenant mon morceau de bois par contre, une énorme écharde d'au moins un millimètre de long vint se ficher dans mon index. Un violent spasme de douleur parcourut tout mon système nerveux, j'étais crucifié, je hurlais et me tordais de douleur, et m'écroulai dans un long râle d'agonie, les yeux révulsés, la bave ruisselant de la commissure de mes lèvres. . .Oui ben je suis douillet, ça vous arrive pas à vous?

Dans les vapes, je revis en un instant le film de ma vie se dérouler, bon j'ai pas vu le début parce que c'était déjà commencé mais c'était bien, les passages chiants j'ai fait avance rapide et les bons moments j'ai fait la touche ralenti et même retour rapide plusieurs fois, comme quand madame pow wow et moi courions nus dans les blés les nuits de pleine lune mais qu'on finissait quand même par sortir parce que les épis coincés dans les fesses ça gratte, j'ai tout revu, dommage que je n'avais pas de pop-corn.

Je suis rentré, l'air abattu.

"-Ma chérie, j'ai quelque chose de grave à t'annoncer, assieds-toi, bois une gorgée de whisky d'abord: je vais mourir.

-Allons bon, qu'est-ce qui t'arrive encore?"

Je lui montrai mon doigt, et fondis en sanglots longs comme ceux de l'automne des violons.

"-Rhâââ mais c'est rien qu'elle me dit, donne-moi la pince à épiler je vais t'enlever ça.


-Surtout pas malheureuse, si tu la retires je vais me vider de mon sang! C'est comme quand un motard a un accident et qu'il a son casque c'est bien connu, il ne faut JAMAIS lui enlever à la pince à épiler, bon sang mais tu sors d'où toi? Toi tu vois un motard, hop tu sors ta pince à épiler?


-Arrête ton cinéma tu veux, je ne veux pas me retrouver aux urgences comme la fois où tu t'es coupé avec une feuille de papier à cigarette. La honte que tu m'as fichue.


-Ahhh mais làààà...c'était grave je te signale! Madame rigole, et moi je souffre! Ohhh on voit bien que tu ne sais pas ce qu'est la souffrance tiens, ou si peu! Ah oui alors c'est vrai oh la la j'allais oublier, oh la la oui madame souffre aussi c'est vrai, madame est en fauteuil roulant depuis quinze ans oh la la, alors oui tu souffres peut-être un peu mais tu souffres ASSISE! Oh mais rassure-toi, je suis un gentleman, je ne vais pas te frapper puisque tu es diminuée, je vais juste crever tes pneus, tu le mérites bien tiens! On peut dire que tu as de la chance que je sois bon, ahhh la la toi alors!"

Finalement non, je ne me suis pas vidé de mon sang, madame pow wow avait raison. Je me suis senti honteux, je lui avais dit des choses vaguement blessantes, j'avais été un salaud.

Non je ne lui ai pas crevé ses pneus, je ne suis pas une ordure quand même.

Je les ai juste dégonflés.



N.B: Non non rassurez-vous bien sûr, madame pow wow n'est pas en fauteuil roulant.

Trop cher.


N.B2: Mais non j'déconne rhâââ la la putain.

Commis par pow wow on dimanche 10 octobre 2010
categories: , | edit post

16 réactions disproportionnées

  1. Alors comme ça, les chouettes sortent de "leur terrier"...?!?!

    Nan, mé cé vraiment n'importe nawak, ce blog...
    Ah, ça veut jouer les pouèt, ben, c'est réussi !

    Eh, l'ami pou-wou, biz quand même, et NOYEUX JANIVERSAIRE ...:-))

     
  2. (Je sais pô si ça va marcher.)

    http://static.cybercartes.com/data/swf/player_2_1_cc_audiotel_decor_cybercartes_new2.swf?avatarName=sarko2&gender=M&id=20101010/1057/2078796304&lang=fr&baseURL=http://cp0.cybercartes.com&nBackground=1&bPreview=1

     
  3. pow wow Says:
  4. Merci Gavroche, à toi naussi joyeux naziversaire, je vais boire un coup à not'santé boudiou!;o)

    Obliv', oaaah excellent ça marche, vous avez de ces inventions tous! Merci! ;o)

     
  5. Ah oui ! c'est vrai ! joyeux anniversaire aussi, Gavroche !
    RôôôôâââââRRRRRRR !!!!! ;)

     
  6. quouââ Gavroche itou un nanniversaire ??décidément c'est tout un réseau ??

    bisous Gavroche hein pour le cas ou Obliv' aurait bien compris le message subliminal de m'sieur wow.....

    et comme j'ai épuisé mon Delerm, allez hop une pour chacun c'est Noyel !!
    pour Gavroche :
    "La professeure : Gaétan, comment appelles-tu une personne qui continue de parler même quand les autres ne sont plus intéressés?
    GAÉTAN: Un professeur....? "

    pour m'sieur wow :
    "La professeure demande : " Antoine, pourquoi es-tu en train de faire tes multiplications sur le plancher?
    ANTOINE : Vous nous avez demandé de les faire sans utiliser nos tables. "

    et maintenant on peut faire tourner les serviettes
    http://www.youtube.com/watch?v=kk2CzGfL7n4&feature=channel

    hips

     
  7. 10/10/10
    Les menus faits, les mille riens

    Les menus faits, les mille riens,
    Une lettre, une date, un humble anniversaire,
    Un mot que l'on redit comme aux jours de naguère
    Exalte en ces longs soirs ton coeur comme le mien.

    Et nous solennisons pour nous ces simples choses
    Et nous comptons et recomptons nos vieux trésors,
    Pour que le peu de nous qui nous demeure encor
    Reste ferme et vaillant devant l'heure morose.

    Et plus qu'il ne convient, nous nous montrons jaloux
    De ces pauvres, douces et bienveillantes joies
    Qui s'asseyent sur le banc près du feu qui flamboie
    Avec les fleurs d'hiver sur leurs maigres genoux,

    Et prennent dans la huche, où leur bonté le cèle,
    Le pain clair du bonheur qui nous fut partagé,
    Et dont, chez nous, l'amour a si longtemps mangé
    Qu'il en aime jusqu'aux parcelles.

    Emile Verhaeren

     
  8. pow wow Says:
  9. Compu et Sgd, merci, moi qui voulais que ça passe inaperçu, c'est gagné! ;o)

     
  10. Bon ben j'ai la tehon grave au front... J'aurais dû le savoir, j'aurais pu, je l'ai toujours su... que pow wow était un gamin pour moi. Mais bon, on peut pas tout avoir, la sagesse du grand âge et la mémoire du grand large. Même quand on est un "têtu d'breton" comme moé.

    Fais gaffe à l'hernie discale en soufflant tes bougies le pow wow !
    Et bonne ... combien déjà ? 45e ? Pow wow 45e Clap ! quelle poilade !
    On la refait ?

     
  11. ah ben dis-don-di-donc
    Bonnanniv' pow wow, Bonnanniv' gavroche ! :-)

    pffiouuu, j'ai failli louper ça, trop la loose

     
  12. L'anniversaire de pow wow, je l'ai déjà fêté ailleurs (t'as vu hein pow wow ?). Celui de Gavroche, je ne sais pas où le fêter alors je le fais ici. Bon anniversaire les deux !

     
  13. alain b Says:
  14. T'as vu ça a marché pour l'anniv' hein, je te l'avais dit !
    Et plein de bises à Gavroche aussi :-))

     
  15. pow wow Says:
  16. Merci à tous! Bon c'est fini après hein, on passe à otchoze hein! ;o)

     
  17. Non, il est encore temps, bon anniversaire!

     
  18. mebahel Says:
  19. Argh chuis z'à la bourre!
    Bon n'anniv!

     
  20. pow wow Says:
  21. Merci les filles, bon...c'est terminé main'nant. ;o)

     
  22. Bysonne Says:
  23. Bon c'est terminé, maintenant, non ça continue, tu entres dans le prochain anniversaire, profites-en bien de ta joyeuse vie. Une année est si vite passée. Bisous. Pis à tous les autres ci-dessusss, bisousssaussi.

     
.
Fourni par Blogger.

Google+ Followers

N'oublions jamais !

N'oublions jamais !

RÉALISER UNE DONATION

Mon meilleur profil grec

Ma photo
pow wow
Vanuatu
Regarde dans l'onglet "À propos" là au-dessus si des fois ça te chante.
Afficher mon profil complet

Fais tourner!

Les boutons ci-dessous détectent automatiquement la page sur laquelle vous vous trouvez pour la partager, c'est vachté bien foutu n'empêche.

Touitteur poweur




Tout le passif du blog

NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

ESPIONS DE LA NSA

Suivre le blog en recevant un nimèle dans ta boitolette virtuelle

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

NOS RÉCOMPENSES, LABELS ET CERTIFICATIONS

Montage créé avec bloggif