t voilà, le premier titre putaclic qui passe et toi tu cliques ! 



Pfffff...

Tu m'étonnes que tout aille si mal. T'as pas honte un peu?

Non alors bon, de quoi va-t-on parler aujourd'hui? Eh ben j'en sais fichtre rien les amis. 

Mais maintenant que t'es là, tu vas rester là chte garantis. Vieille technique de sioux des médias (AKA le capitalisme) pour capter l'auditoire, tu l'attires avec du graveleux, du salace, et hop, tu ferres, tu moulines et tu ramènes sur la berge. Si ça se trouve y en a qui avaient déjà la braguette ouverte, à l'époque de misère dans laquelle on vit. Chte jure.

Là tu vois, tout de suite là, je suis en position de te vendre un soda de merde casher ou des putain de dosettes de lessive par palettes entières. T'as vu le truc ? T'as vu comment on se fait niquer en deux temps trois mouvements? Eh ouais gros, médite là-dessus. 

-Un billet sexe il a dit?

Mais non mais non, comptez pas là-dessus bande de coquins, on va se faire un billet à visée scientifique, ou peu s'en faut tu vas voir. Tu sais, des générations de lecteurs m'en ont fait part, mais un tour de lecture sur le blog de pow wow, et paf ton QI prend 50 points dans le cornet !  

Non pas 50 points en moins, sois pas désobligeant non plus, t'es pas obligé. 

Grâce au blog de pow wow (recommandé par l'Académie des Sciences faut-il le rappeler), ton QI va augmenter de quelques points, à coups de pompe dans le cul s'il le faut, fais-moi confiance.

Un billet scientifique.

De toutes façons, un billet sexe je me ferais remonter les bretelles par Dame pow wow. Y a ça aussi. Elle est maligne la coquine tu sais. Faudrait que je finasse. 

- Tiens ma chérie, j'ai envie de faire un billet scientifique pour le blog. Tu sais, jamais je ne te mentirai. 

- Oui et ?

- Eh bien...je ne sais pas, le temps que j'écrive ce billet, il faudrait que tu regardes par la fenêtre pendant 45 minutes. 

- Pour quelle raison ?

- Le temps que j'écrive ce billet tout ce qu'il y a de plus scientifique et honnête, crois-moi. 

- Toi tu as une idée derrière la tête !

- Pas du tout. Il y a juste que...j'attends une lettre très importante et comme tu es oisive de manière générale, et même intrinsèquement je veux dire, je m'étais dit que tu pourrais guetter la venue du facteur. 

- Il est 9 h du soir.

- Il est 9 h du soir, oui c'est exact. C'est une observation fine et d'honnête facture. Je loue publiquement et chaque jour qui passe tes remarquables qualités d'observation, sache-le. Mais tu sais, notre facteur est quelqu'un de trèèès responsable, et s'il découvre qu'il est resté une lettre, une seule lettre, une minuscule lettre, toute racornie, toute froissée, presque entrouverte, presque suppliante qu'on en finisse, coincée entre son siège et un autre élément de la voiture dont je n'ai présentement pas encore déterminé l'exacte nature, sache que ni une ni deux, son sang ne fera qu'un tour, son petit coeur de facteur sera meurtri à la découverte de cette missive esseulée, et hop marche arrière, hop demi-tour, pied au plancher, sa mission avant tout. SA MISSION te dis-je ! 

- Quel genre de lettre importante ?

- Euhhh...comment ça ?

- Une lettre. Importante. Quel genre de lettre importante?

- Eh ben...C'est une lettre des pompiers. Ultra-confidentielle. Pour me dire qu'il faut que j'appelle le 18 si on a besoin des pompiers. 

- Tu te fous de ma gueule ?

- Mais comment tu sais tout ça toi? T'es plus intelligente que moi peut-être ? Je te signale que j'ai passé un test de QI récemment, et j'ai un trèèès haut QI à TROIS CHIFFRES, dont deux après la virgule.

Un billet scientifique. 

Alors bon...les sujets scientifiques. On va pas parler d'intrication quantique, du ralentissement des sondes Pioneer ou du décalage vers le rouge t'inquiète, déjà j'y comprends que dalle donc je vais pas me lancer là-dedans et passer pour un con. Y faut du scientifique plus léger, du force 2 maximum, de la science aux édulcorants de synthèse sinon je perds du monde et ça file chez Hanouna direct. 

J'ai pas envie que ton cerveau se liquéfie au bout de trois lignes et que tu files sur Cnews pour respirer.

L'été on n'a pas envie de se prendre la tête, on a juste envie de picoler comme des trous et de fricoter avec des créatures lascives et alanguies jusqu'à l'aube, à l'heure où blanchit la campagne (t'as vu la référence poétique subreptice pour rappeler, l'air de rien, que t'es sur un blog culturel de ouf ?). 

Alors j'ai bien conscience, pour dire la vérité, que je n'ai pas affaire à une bande de prix Nobel en goguette, qui viennent sur le présent blog pour se repaître de savoir et de science, qui, sans conscience justement, n'est que ruine de l'âme. Dit-on.




Tiens si on faisait des rébus? 

Ouais je sais, c'est pas scientifique pour deux sous les rébus, ou encore, à la limite, pouvons-nous considérer qu'il s'agisse quand même de science, mais level Carambar. 

Non rien de tout ça les copains.

Fin août, l'été commence, on sort les tongs, les parapluies d'été pour se protéger des rayons brûlants de l'astre diurne, et l'onguent au gras de foetus avorté en pschit indice 50, qui permet de bronzer même sur les fesses sans rougir des fesses. 

Évidemment, je serais pas contre des conseils sexe, dans l'absolu.

Finalement parlant.

Au bout du compte.

Subséquemment. 

Mais que veux-tu que chte dise? 

Les gars, si vous voulez séduire des filles, donnez-vous un coup de peigne, faites de la musculation, sur la plage construisez un nid en galets et faites une danse de séduction endiablée je sais pas moi, c'est pas les idées qui manquent. 

Les filles, si vous voulez séduire des gars, donnez-vous un coup de mise en plis, faites du yoga, sur la plage mettez des talons hauts puis exécutez une danse de séduction endiablée aussi, c'est pas les idées qui manquent merde. 

En fait, j'ai plus ou moins envie de vous dire démerdez-vous, hein tu sais.

En fait, j'ai plus ou moins envie de vous envoyer chier, hein tu sais.

Non que je sois insensible à votre situation sentimentale ou sexuelle, bien entendu, tout ce qui pose problème à mon prochain me pose un problème évidemment, tout ce qui affecte l'autre m'affecte évidement, tout se qui pose question à autrui me pose question, évidemment. C'est, tout naturellement serais-je tenté de dire, la définition et le sens même de l'altruisme, l'attention portée à l'autre, l'empathie, ça c'est tout moi bien sûr, oui mais là tu sais je suis en plein dans la peinture et les papiers peints alors tu sais je m'en bats les couilles. 

Note bien que je suis toujours dans l'altruisme, mais procrastinant.

L'altruisme procrastinant, c'est tout à fait possible.

Je t'explique.

Je ressens de l'empathie pour l'autre, mais demain. Je suis attentif à la situation de mon prochain, mais  bientôt. J'ai de la compassion pour l'autre, promis dès que je pourrai.

Voilà, dans les grandes lignes, et expliqué de façon succincte, c'est qu'est l'altruisme procrastinant. 

C'est une discipline que je développe.

En ce moment.

Je mets les bouchées doubles pour être le meilleur.

Mais bon en attendant je fais de la peinture.

C'est mieux la peinture, ça va avec tout. Vert machin, ocre, bleu Marseille, je voyage.

C'est mieux que de perdre son temps sur un blog, qui n'intéresse plus grand monde. 

Même moi.

Je m'étais dit, aux heures les plus folles, que je pourrais peut-être vivre de mon écriture, même modestement, et puis les gens veulent du gratos, faut que ça claque et que je donne rien, fais-nous rire bouffon. 

Alors du coup j'ai des tonnes de trucs écrits qui resteront dans les cartons, à peaufiner, et j'ai trouvé un autre revenu heureusement.

Alors du coup l'altruisme procrastinant c'est la solution idéale. 

Tu comprends.

Bon allez terminons sur une note positive.

À +.

Read More
Commis par pow wow on lundi 30 août 2021

De l'année.


2020.


Aaah elle nous a bien fait chier cette année hein.


Par exemple je me souviens, au mois de juin, j'ai eu des problèmes de tondeuse. 


À gazon.


Lorsqu'au printemps -car ici il est question du printemps je ne te le cache pas-, le gazon de la pelouse herbacée devient si haut que cela en devient dangereux, le gazon de la pelouse herbacée haute recèle des dangers par nature, par exemple c'est souvent dans les herbes hautes que se cache le tigre du Bengale, et cela fait que beaucoup de bungalows, les habitants du Bengale, se font attaquer, par surprise, ou par un tigre, comme décrit ci-avant, alors qu'ils cheminent à pied de manière très douce avec une démarche chaloupée qui convient bien à tout oeil averti qui possède un solide sens de l'esthétique.


C'est mon cas.


Pour l'esthétique.


J'aime tellement l'esthétique que j'aurais pu travailler dans un salon uniquement dévolu à cette noble activité.


Et je me serais appelée Cindy.


-Tiens Cindy, tu fais les soins du visage de Madame Michu s'il te plaît.


Ça c'est tout moi. Je me reconnais parfaitement dans ce portrait acéré et sans concession. Les soins du visage. Madame Michu. Tout le tintouin.


Ah non voilà c'est ça, les habitants du Bengale, quand ils se promènent, n'ont pas une démarche chaloupée, c'est pas le mot que je cherchais, mais une démarche nonchalante.


Voilà c'est ça. Une démarche nonchalante.


Proche du je-m'en-foutisme.


Limite rien à branler. 


Tu sais j'ai vu un document sur le Bengale, c'était dans la fameuse série "Des trains pas comme les autres", et en fait non, je viens de regarder sur youtube, c'était pas au Bengale c'était en Suisse.


C'est vachement joli. La Suisse.


C'est pour ça que j'avais pas compris dans un premier temps, d'entendre les habitants du Bengale parler avec un très fort accent du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures.


Je m'étais donc ouvert en toute franchise, sans tabou, de ce problème sur des forums -en vrai on dit des fora quand on veut se la péter, ça vient du latin, singulier en um et pluriel en a, un rectum des recta, un scrotum des scrota, un aluminium des aluminia etc.- et personne n'avait su me renseigner. Tu sais c'est pas des flèches sur les forums. Les fora. 


Je viens de regarder des habitants du Bengale dans google images, ça ressemble pas du tout à des habitants, mais plutôt à des petites maisons, c'est très bizarre.


Elle marchait plus.


La tondeuse.


Je suis allé voir Dame pow wow, qui n'est pas spécialement spécialiste en la matière tu imagines bien, mais qui a un avis sur tout. Tu sais ça, ça m'énerve hein. 


Elle a allégué sans attendre et de manière absolument péremptoire, et pourtant tout à fait légère à mon endroit, avec, comme les avocats véreux, moult gestuelle ample et effets de manches comme pour appuyer une démonstration faiblarde sur le fond mais d'apparence solide, du vent quoi, du pipeau, de la pipe comme on dit dans notre jargon; et surtout comme si je n'y connaissais rien (ça c'est le plus gonflé), comme si je ne bitais rien à rien, comme si j'étais une sorte de raté de l'évolution, elle a donc allégué sans coup férir qu'il pouvait s'agir, éventuellement, d'une rupture technique d'approvisionnement en solution liquide carburesque combustiblement fossile, entraînant par là même l'arrêt inopiné de la structure mécanique motrice, et ce faisant, en terme de conséquence comme qui dirait, une inaction certaine du processus pétaradant et donc l'arrêt complet de l'engin autotracté. 


La vache, j'étais sur le cul.


Évidemment, sûr de mon fait et l'air narquois, comme à l'accoutumée diraient certains que l'on s'abstiendra bien sûr de nommer par simple charité chrétienne, j'allai prestement et sans attendre vérifier ces piteuses allégations pour mettre à bas et ruiner tout de go sa fumeuse théorie, afin de rembarrer l'autoproclamée impétrante effrontée sus-mentionnée.


Bon, je change de sujet. Non par embarras, mais parce qu'il faut qu'on avance. C'est pas le tout.


Les soignants.


Le formidable travail des soignants.


Tu sais je peux en parler. Ils m'ont sauvé.


Je vais pas te mentir, je me souviens comme si c'était hier, en 1898, quand j'avais six ans, que je travaillais à la mine, un jour je me suis mis à cracher tout noir. Le noir c'est beau mais ça va pas avec tout, et encore faut-il qu'il s'agisse d'un noir profond. Ma mère affolée -elle s'affolait pour un rien- a appelé le SAMU avec un Toyota jaune -je m'en souviendrai toujours-, et j'ai vu le médecin du Samu, type impeccable, très professionnel, blouse blanche immaculée, gants de latex à la mode, qui m'a dit tout de go:


-Monsieur, vous avez ce que l'on appelle dans notre jargon la silicose, et si on ne vous greffe pas des poumons tout de suite, vous allez mourir et vous ne pourrez plus jamais travailler à la mine.


Je suis parti à l'hôpital, j'ai passé un scanner et l'on m'a confirmé, par le biais de la parole articulée autant que par la vision de photos de moi-même découpé en tranches de saucisson, que deux de mes poumons ne fonctionnaient plus. 


Eh bien tu me croiras si tu veux, trois semaines plus tard, ils m'ont greffé en urgence absolue des nouveaux poumons tout neufs. Trois. Deux pour le tout venant et un de secours. 


Les soignants ont fait un travail formidable en 2020.


Mieux que les autres années.


Les autres années ils se laissaient un peu aller, à l'hôpital lorsqu'ils te faisaient une prise de sang, clope à la bouche, doigts dans le slip à se gratter le cul, tu sais on disait rien mais on était à deux doigts de se la faire soi-même sa prise de sang, on est des gentils mais il y a un respect à avoir, à un moment donné.


Tout ça pour dire notre reconnaissance aux soignants qui ont bien galéré pour traiter cette épidémie de rhume, et l'on espère que les gouvernements prendront vraiment les choses en main et nous distribueront enfin des mouchoirs en papier pour cette année 2021. 


Prenez soin de vous, et arrêtez de sortir de chez vous sinon vous allez mourir, arrêtez de manger sinon vous allez mourir, et arrêtez de respirer sinon vous allez mourir.  


Allez en paix mes amis et profitez bien de vos derniers instants.


Read More
Commis par pow wow on jeudi 31 décembre 2020


Avoir des enfants pour les voir mourir, il n'y a rien de pire évidemment pour un père ou une mère, ou même les deux, ou des fois même trois, mais là on rentre dans les secrets d'alcôve et on ne s'y aventurera pas, même avec des patins, si c'est ciré comme plancher d'alcôve en chêne, si l'on a bon goût, et ça va avec tout. 

C'est sûrement le moment le plus douloureux de sa vie, au type qui raconte, que son fils unique meure. 

Son fils meurt dans un accident de chantier. 

Un chantier de charpente. 

Cloué sur une croix par des romains. 

Le fils. 

À l'époque sur les chantiers, la sécurité des travailleurs n'est pas considérée comme une priorité, on n'a pas de chaussures de sécurité, on est souvent pieds nus voire en sandales si l'on est plus ou moins fortuné, plutôt moins même, ne lésinons pas sur les moyens; parfois on peut aller se payer une belle paire de sandales à la mode à la boutique de sandales de luxe du quartier, lorsqu'on a payé tout ce qu'on devait payer comme la nourriture, le fourrage pour les chameaux, le gaz ou l'électricité, par contre on n'a pas de casque de protection, tout juste une couronne d'épines qui ne protège de rien du tout. 

Par exemple un marteau-piqueur tombe du 60ème étage d'un building romain en construction, l'ouvrier qui porte une couronne d'épines n'aura que peu de chance d'avoir de la chance. 

La couronne d'épines est très probablement l'ancêtre du casque de chantier, bien qu'on n'en soit pas complètement sûr, à l'heure où j'écris ces lignes. 

Cela reste une épineuse question, et c'est fort logique somme toute, soit dit au passage.

Mais attendons avant de nous emballer, il faut bien sûr se replacer dans le contexte de l'époque pour comprendre.

Je vous connais, vous êtes tout fous, dès que vous en avez l'occasion, dès que j'ai le dos tourné, vous vous emballez comme ça pour trois fois rien.

Ne nous emballons pas et replaçons-nous dans le contexte de l'époque pour comprendre.

Nous sommes à Jérusalem dans les monts de Judée en l'an 33 pendant J.C., sur le mont Golgotha. 

Le mont Golgotha n'est pas à proprement parler une montagne, c'est un mont, une colline si peu élevée qu'on ne peut en faire un domaine skiable, d'où l'absence notable d'un téléphérique ou même d'un simple tire-fesses à cet endroit. 

Lors de son ascension de ce mont vers le chantier romain situé à son sommet, le Christ - car c'est de lui qu'il s'agit – ne peut donc pas par conséquence faire son chemin de croix en tire-fesses ou sur la banquette moelleuse d'un téléphérique, nous l'avons déjà dit, et même si on ne l'a pas encore vraiment dit, on était tout près de le faire. 

C'était tout comme. 

On n'était pas loin. 

Il ne nous aura manqué que quelques mètres. 

Des fois ça tient à peu de choses, quand on y pense. Ça se joue à rien.

-Vous êtes bien Monsieur Christ?

-Oui monsieur le soldat romain, c'est moi, Christ, prénom Jésus.

-Jésus? C'est un prénom biblique ça non?

-Je sais pas, mais que me reproche-t-on à la fin? Et c'est quoi la Bible?

-Vous avez été condamné par le Sanhédrin à la crucifixion à vie pour avoir, je cite, « dit à tout le monde que vous êtes le fils de Dieu ». Mais vous avez manifestement commis une usurpation d'identité.

-Mais non pourquoi?

-Votre vrai père ne s'appelle-t-il pas Joseph Charpentier plutôt?

-Mouiii...enfin...c'est compliqué pour dire les choses, c'est-à-dire que nous sommes une famille recomposée, les services sociaux sont parfaitement au courant, notre situation familiale est connue, nous ne cachons rien à l'administration et je ne...

-Écoutez, je ne suis pas ici pour refaire votre procès, je ne suis pas là pour commenter une décision de justice, je ne suis là que pour exécuter votre peine, mon rôle s'arrête là. Vous avez une préférence pour la couronne d'épines à ce propos? Plutôt portée sur le côté ou à la mode, portée sur l'arrière du crâne? Avec une visière? Une couronne d'épines en coton ou en épines? Et il me semble que vous n'avez pas une tête à chapeau, vous connaissez votre tour de tête?

-Non, alors là pas du tout, désolé, j'avoue bien humblement que non pas du tout mais alors, pour le coup.

-Bon je vais vous mettre le modèle standard alors, du 40 hein ça me paraît bien du 40, s'il est un peu trop serré, ils se fera avec le temps, ne vous inquiétez pas, la couronne d'épines ça serre au début mais ça se détend. Et vous avez un mois pour l'échanger si vous n'êtes pas satisfait, sachez-le.

-Et sinon, pour la crucifixion, ça se passe comment? Je dois faire faire un devis pour une croix? Faire une demande à la mairie concernant des travaux? Et pour l'emplacement, il faut un permis de construire?

-Non non, nous nous occupons de tout, c'est nous les maîtres-d'œuvre, on s'occupe des fournitures et de la pose, ainsi que des formalités administratives. Et c'est totalement gratuit, vous n'avez aucun frais à avancer, pas d'arrhes à verser, rien du tout, c'est cadeau, ça nous fait plaisir, et c'est même garanti dix ans pièces et main-d'oeuvre.

-Bon ben ça me paraît honnête, c'est même très tentant. Et sinon pour la croix, y a une cabine d'essayage?

C'était une autre époque, vraiment. 

Non je dis c'était vraiment une autre époque. 

À cette époque on savait s'amuser, c'était pas comme maintenant.

À suivre...

Read More
Commis par pow wow on samedi 16 mai 2020


C'est l'épilogue d'une vie de poireau donc, commencée pourtant quelque mois plus tôt, au beau soleil du mois de mai, dans un champ de bonne terre travaillée avec amour par un paysan bourru aux mains calleuses comme seuls les berrichons ont des mains aussi calleuses. 

Le berrichon a la tête près du bonnet c'est vrai, mais il a aussi les mains calleuses, voilà tout son charme. 

D'ailleurs aucune fille bien charpentée de la ville, solide comme un roc et dure à la tâche ne peut résister au berrichon de la terre. 

Bon je ne connais aucun berrichon donc il se peut que ma magistrale démonstration atteigne ses limites ici, mais j'ai demandé à toutes les filles que je connais, aucune d'elle ne résisterait à un berrichon aux mains calleuses d'après leurs dires. 

Je les ai cuisinées, travaillées au corps sans relâche, interrogées sous le régime de la garde à vue, et elles ont fini par craquer, en pleurs, me révélant ce que je voulais entendre. Des aveux.

-Tu vas parler oui? Crache le morceau! J'en ai eu des plus coriaces que toi ma petite, j'ai eu le gang des lyonnais, le gang des bordelais, le gang des aveyronnais du sud, le gang des siciliens, le gang à Baader, le gang des yakuzas, le gang des jacuzzis, le gang des Genovese, le gang des Lucchese, le gang des Bolognese, le geng des Tartelettofrese, tous ont parlé, tous ont avoué, tous sont sortis d'ici en morceaux, ruinés, mais soulagés d'avoir allégé leur conscience, penses-y. Bon reprenons, explique-moi comment se fait-il qu'on ait retrouvé des milliers de photos de mains calleuses dans le disque dur de ton ordinateur? Tu vas nier encore longtemps avoir de l'attirance pour les vieux paysans berrichons sans défense? Tu n'as pas honte? Tu sais qu'un vieux paysan berrichon sans défense verra son enfance traumatisée à vie et que c'est son avenir qui est dès lors compromis? Réfléchis à ça, réfléchis aux dégâts que tu peux causer, et pense que tu enrichis les mafias qui prospèrent en photographiant des vieux paysans berrichons aux mains calleuses dans de sordides réseaux.

C'est souvent des choses qu'on oublie ça, les mafias qui prospèrent, et de payer le loyer aussi, et je suis là pour le rappeler, et heureusement, pourrait-on dire. 

On peut aussi ne rien dire mais je laisse le poids de la honte écraser votre conscience. 

Si vous en avez une. 

Et une éthique aussi.

Pensez à payer le loyer, j'ai dit que j'étais là pour le rappeler. 

Rappelez-moi le mois prochain à vous faire penser à payer le loyer. 

Du mois prochain.

Faites un marque-page ici, et surlignez en rose fluo la phrase qui suit.

MARQUE-PAGE POUR PENSER À PAYER LE LOYER DU MOIS PROCHAIN (ET DES AUTRES MOIS PROCHAINS AUSSI)

Faites un autre marque-page ici, et surlignez en vert fluo la phrase qui suit.

MARQUE-PAGE POUR PENSER À REGARDER LE MARQUE-PAGE CI-DESSUS LE MOIS PROCHAIN (ET LES AUTRES MOIS PROCHAINS AUSSI)

Une autobiographie, plus j'y pense, plus je trouve que ouais c'est bien.

J'en ai déjà lu une, effectivement c'était chouette.

Bon c'était pas vraiment une autobiographie, c'était un genre d'ouvrage collectif. 

Une autobiographie collective de pleins de gens.

L'histoire de types chelous, qui doivent prendre de la drogue, parce que leur récit c'est que des hallus, des fois collectives, mais c'est costaud leur produit.

Déjà au départ de leur histoire au type, il dit qu'il sont dans un endroit où il n'y a rien, sûrement une gare en Roumanie, et un type décide qu'il doit allumer la lumière, parce qu'il est dans l'obscurité, qu'il a inventée. 

Déjà t'imagines les produits qu'il prend le type.

Et il allume la lumière. 

Bon déjà, ça sent le pétard à plein nez, je sais pas vous. 

Si y rigole comme un benêt, c'est signé. 

C'est de la bonne.

Y dit qu'il allume la lumière et qu'il voit que tout ça est bel et bon, et qu'il va passer à la phase 2.

Le mec racontait toute sa vie, un truc de dingue, le mec c'était un aventurier de première bourre, le baroudeur-type qu'a tout vu, tout fait, vraiment tout. 

Le plus émouvant, c'est qu'il racontait qu'il avait eu un fils a un âge déjà avancé, et qu'il avait perdu ce fils. 

Parce qu'il y a des gens comme ça qui ne s'engagent à fonder une famille et à n'avoir des enfants qu'après avoir bien profité de la vie, la fête, les voyages, les filles, la samba, le karaoké, s'enivrer des plaisirs de la vie jusqu'à l'excès, goûter à l'expression de la liberté sans entrave aucune croit-on, car courir toute sa vie après la liberté, c'est déjà ne plus être libre. 

Réfléchis un peu à ça.

Être libre, c'est tout rejeter, y compris la liberté. 

T'as vu le niveau du concept un peu?

S'enchaîner à la liberté, c'est la pire des servitudes, faite d'aveuglement et de dévotion au-delà du raisonnable, jusqu'au jour où l'on en fait une statue tellement la dévotion est forte, tellement on déifie cette notion, et pour dire aux autres qui sont des cons je sais j'en connais mais je dirais pas les noms, et au monde: « Voyez quel est notre Dieu, voyez ce qu'on aimerait atteindre, voyez ce qui nous est pour l 'heure inaccessible et que nous espérons pourtant». 

Oui d'accord mais tout ça n'a aucun rapport avec l'histoire de ce type. 

Elle est bien bonne celle-là, une statue de la Liberté, je voudrais bien voir ça.

N'importe quoi.

À suivre...

Read More
Commis par pow wow on dimanche 10 mai 2020


Le raffinement et l'accord parfait que forment l'alliance d'un coup de blanc et de ce poisson, ce ne peut être le fruit du hasard. 

Il y a très clairement une émanation intelligente à l'origine de cette combinaison céleste, n'ayons pas peur des mots. 

Sur des millions de milliards de combinaisons possibles, sur des distances impossibles, le hasard ne pouvait placer le sandre au rayon poissonnerie et le Meursault au rayon vin dix mètres plus loin, alors que la taille de l'univers observable serait d'environ 100 milliards d'années-lumière. 

C'est impossible que tout ça se retrouve côte à côte chez Shopi, tout ça à quelques mètres du rayon beurre, qui plus est.

Tu vois la combinaison miraculeuse. 

Tu vois le truc. 

C'est énorme.

On aurait pu voir le Meursault s'épanouir dans les chais en bois de zbültrq (l'équivalent du chêne local) sur Bételgeuse, et le sandre pêché dans les étangs poissonneux de Proxima du Centaure.

Et le beurre je t'en parle même pas, bon pas à côté d'une supernova non plus parce que c'est chaud et le beurre ça supporte moyen la chaleur.

Comment alors se faire rencontrer les deux ? Parce que si le Meursault supporte bien les années et le voyage, question poisson...c'est une autre histoire.

D'ailleurs c'est une autre histoire.

Certes.

Oui donc.

Recentrons le débat.

Je parlais de cela, du sandre au beurre blanc, car lorsqu'on se voit avec mon éditeur, c'est au restaurant. 

C'est pour ça que je le vois beaucoup.

Une autobiographie, tout bien considéré c'est vrai que ce serait le mieux.

Oui mais une grosse alors, une bien grosse et bien épaisse, pour qu'on puisse se voir souvent. 

Pour en discuter. 

Au restaurant. 

Parce qu'il y a tellement de choses appétissantes sur les cartes, ce serait dommage de rater tout ça.

Une autobiographie. 

En cinquante-quatre volumes. 

Un par année.

Va falloir que je brode. 

Sacrément. 

De ouf.

C'est pas possible, faut que je m'invente une vie.

Je peux même arguer du fait que je connais bien le bouddhisme - la religion des bouddhistes, pas les films de bouddhisme comme David Carradine ou Kung-fu Panda – et particulièrement leurs histoires de réincarnation et de vies successives, ou renaissances, pour lui proposer mes sept autobiographies de cinquante-quatre volumes chacune. 

Les sept premières. 

En prenant soin de raconter qu'à chaque fois, j'ai été réincarné en homme ou en femme ou en enfant, ou en hermaphrodite amish, ou en ami des bathyscaphes, parce que comme chez eux on peut être réincarné en animal ou en végétal aussi, faire l'autobiographie d'un poireau, ça peut présenter un intérêt limité, ne nous le cachons pas.

Le poireau n'ayant pas une vie longue et trépidante à la base.

A-t-on déjà vu plus apathique qu'un poireau dans un champ, en hiver, par grand vent ?

Oui.

Un champ tout entier de poireaux apathiques.

Et une autobiographie de poireau se termine fatalement dans une casserole un soir de décembre, dans la cuisine sombre d'une chaumière du Berry, alors que le froid frappe à la porte d'entrée, dont les veines ont été creusées par le temps et les intempéries et aussi un peu la pluie, et les intempéries dans le Berry on connaît, c'est du lourd.

Au coin d'un feu, dans une marmite fumante, le poireau est là, il se meurt. 

La fumée qui s'échappe, tout le monde pense qu'il s'agit de l'eau qui s'évapore. 

Non. 

C'est l'âme du poireau qui s'envole. 

Avec celle de ses collègues les choux. 

Et celle de ses copines les saucisses.

René le poireau aura bien remarqué, peu avant ses derniers instants, les clins d'œil aguicheurs de la grosse Lulu la saucisse, bien bâtie la Lulu, une belle saucisse plantureuse de chez le boucher, bien gironde, avec des formes somptueuses et plantureuses je l'ai déjà dit, elle cherche l'aventure la Lulu, elle n'a pas froid aux yeux qui sont dans le bouillon, et par un jeu savant de contorsions dues à la chaleur, elle aura réussi à se rapprocher subrepticement de René le poireau, qui n'est déjà plus que l'ombre de lui-même. 

Encore un dernier centimètre dans l'eau frémissante, et au moment où la Lulu frôlera de sa croupe charnue la frêle silhouette du René, c'est à ce moment qu'il sombrera pour toujours au fond de la marmite. 

Destin tragique penseront certains, alors que d'autres s'en foutent complètement. 

Pour ne pas dire s'en carrent l'oignon. 

Et se carrer l'oignon dans le Berry on connaît, c'est du lourd.

À suivre...

Read More
Commis par pow wow on mercredi 6 mai 2020


-Tu penses faire quoi comme style de bouquin, tu as déjà des idées, tu as arrêté quelque chose ?

-Ah bon, il faut arrêter quelque chose pour faire un bouquin ? Ah tiens je savais pas. Si j'arrête de fumer, c'est bien ? Oui mais alors si j'arrête de fumer, faut que je fasse un bouquin de régime, parce que je vais prendre des kilos ça c'est sûr.

-Non je...voulais dire...plutôt un essai ? Tu vois, ce genre de chose.

-Oui tu as raison, si j'arrête de fumer, je dois faire un essai d'abord, parce que tel que je me connais, au bout de deux jours je vais être sur les nerfs à la maison et au moindre regard de travers de ma femme ou de mes enfants, le frigo y va voler, je ne suis pas pour faire voler les frigos en temps normal mais si y faut j'hésiterai pas, faut pas me chercher après deux jours sans cigarette tu vois ?

-Non je veux dire un roman, un conte, de la science fiction, quel genre veux-tu faire ?

-Ah oui un genre...ah oui non d'accord, non c'est que tu t'expliques très mal alors on comprend mal, c'est typiquement une relation de cause à effet, tu expliques trèès mal, on comprend trèès mal, c'est ty-pi-que-ment la notion de causalité dans toute sa splendeur, telle que décrite par les personnes qui ont pour métier de décrire précisément ce genre de notions. Tu me dirais c'est l'effet papillon je te dirais non mais tu chauffes, tu me dirais c'est l'effet domino je te dirais je t'en foutrais moi des dominos mais tu chauffes, tu me dirais c'est l'effet de réaction en chaîne je te dirais et mon pied au cul il fait réaction en chaîne ? mais tu chauffes, tu me dirais c'est l'effet de causalité je te dirais eh ben voilà tu vois quand tu veux, t'es long à comprendre mais je me dois d'user de pédagogie et d'aider mon prochain, et tu es mon prochain, je le sens bien. J'ai cette très nette intuition.

-Un roman, c'est bien un roman, j'en édite pas mal, si c'est bien écrit, bien construit, on peut faire un carton.

-Un roman à l'eau de rose, oui j'y ai pensé.

-Ah bon, tu as une histoire ?

-Non, pas la moindre. Que dalle. Par contre j'ai déjà goûté de l'eau de rose, c'est super-bon et j'aime bien. Bon ça s'appelait « eau de rose » mais c'était en fait de l'alcool de rose, ça venait de Pologne je crois, je te fais pas un dessin, ça faisait arme de destruction massive tu vois, le genre que si maintenant tu passes ça à la douane t'es classé terroriste direct, fiché S+++Premium avec ta photo sur le site du FBI en prime dans la catégorie des « ten most wanted », et c'est Guantanamo qui te pend au nez. Y sont fous ces polonais.

-Ah oui donc tu n'as aucune idée, en quelque sorte.

-Voilààà, c'est exactement ça ! Je suis bien content que tu en prennes conscience.

-Ah oui donc on n'est pas sortis...

-Voilààà, c'est exactement ça ! Je suis bien content que tu en prennes conscience.

-Tu sais que je me pose des questions sur notre collaboration ?

-Alors là, laisse-moi te dire que tu te trompes, je suis carrément le mec le plus au faîte du sujet, j'ai de sacrées idées de livres, crois-moi !

-Ah oui, on peut savoir dans quel genre ?

-Eh bien figure-toi que j'ai déjà recopié la moitié du livre de Patrick d'Arvor sur Hemingway « La vie à l'excès », ça c'est des genres de livres qu'on se passe d'écrivain en écrivain tu vois, ça se fait beaucoup y a pas à s'inquiéter, je vais l'appeler « Trop trop la life » et hop, un succès de librairie assuré.

-Ah oui donc tu veux te lancer dans le plagiat quoi...

-C'est pas du plagiat, alors là mais n'importe quoi hein, c'est un hommage ! Quel plus bel hommage pour un plagiaire que de voir son plagiat plagié, tu peux me dire ?

-On va quand même se retrouver avec un procès avec un truc comme ça, je te le garantis.

-Non, on va pas, TU vas, nuance. Parce que c'est un hommage soit, mais je n'écrirai pas sous mon vrai nom, je suis pas con. Et puis si tu n'as pas les reins solides financièrement ni le courage de le faire, je m'adresserai à quelqu'un d'autre. Il faut du courage et du panache dans ce métier si on veut sortir du lot.

-C'est ça, adresse-toi à quelqu'un d'autre. 

-Qu'est-ce que tu peux être obtus quand même , excuse-moi d'avoir une certaine vision créatrice hein! 

Le sandre au beurre blanc.

Je me demande si ce n'est pas mon poisson préféré.

Bien sûr la truite c'est bon, le saumon aussi, voire un simple filet de merlan fariné et poêlé au beurre avec du persil, mais le pavé de sandre, ça reste incomparable, bien meilleur que le brochet, et par ici c'est le pays du sandre et du brochet, c'est dire si je parle en connaissance de cause . Tu penses bien.

Avec un Sancerre blanc, un Pouilly, un Meursault.

C'est en soi une preuve tangible de l'existence du divin. 

Si le divin existe.

Crois-moi, si le divin existe, y se torche pas au Vieux-Papes mais au Meursault.

Tu crois quoi? Tu prends le divin pour un con?

À suivre...

Read More
Commis par pow wow on jeudi 30 avril 2020


Ce n'est pas le seul à l'évidence, mais j'en connais qui ne sont apparemment nés que pour ça. 

Il faut envisager dès lors que ce puisse être une raison primordiale du pourquoi de la Vie.

Ça fait peur quand même. 

On n'est pas à l'abri. On n'est jamais à l'abri.

Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage.

C'est marqué en gros sur les paquets qu'on te vend pour fumer.

J'étais donc un gros haricot pataud, ça m'avait frappé car quand j'étais à la crèche avec d'autres haricots, on aurait dit un cassoulet géant, si on était naturellement porté sur une vision toulousaine de la Vie, il y en a même qui étaient déjà tout joufflus et tout bouffis, eux c'était les saucisses du cassoulet, c'est ce qu'on pouvait penser.

Je me suis toujours demandé si ma mère n'avait pas fumé comme un pompier pendant ma grossesse, et que ça m'avait probablement grillé des neurones, des petits neurones pourtant bien doux et bien roses comme une peau de saucisse donc, pourtant c'est marqué sur les paquets, avec des photos horribles, comme celle d'un enfant avec un masque pour respirer. 

C'est une photo horrible. 

Parce qu'elle est toute petite, pas plus d'un centimètre et demi sur trois centimètres et demi, très mauvaise qualité d'impression, les couleurs sont laides, c'est horrible. 

Non, ça donne pas envie de fumer .

Ou alors elle éclusait comme un gardien de phare, ma mère. 

Elle se pochetronnait peut-être le pompon toute la sainte journée, ce qui est également déconseillé aux femmes enceintes qui attendent un enfant, je ne vous apprends rien. 

Ça expliquerait mon retard mental et pourquoi je ne marchais ni ne parlais ni ne lisais à trois mois. 

Elle était bretonne et ça écluse bien les bretons, faut pas se le cacher, ça a un genre de double œsophage le breton, un normal pour s'occuper de la nourriture qui consiste en des crêpes suzette et de l'andouille de Guéméné et du far breton et du quatre-quarts, le tout-venant serais-je tenté de dire, ça y est je l'ai dit, et un autre œsophage itinéraire-bis renforcé et tapissé de téflon pour tout ce qui est substance liquide, y compris et prioritairement les substances corrosives. 

J'exagère pas ou à peine.

Faut savoir que les tuyauteries des centrales nucléaires, comme celle qu'il y a près de chez vous et qui crachote ses rejets radioactifs dans la station de pompage d'eau potable du canton, sont des tuyauteries high-tech calquées en tous points sur le modèle de l' œsophage breton, c'est hyper-résistant à tous les produits dangereux qui s'écoulent dedans. 

Ça résiste à tout. 

C'est dommage que pour relier tout ça on ait fait usage de joints en caoutchouc normal, c'est pour ça que ça fuit de partout dans les centrales nucléaires, la tuyauterie bretonne n'est pas en cause. 

Le nucléaire français est le meilleur au monde. 

Sauf les joints, mais c'est minime le problème des joints. 

C'est du joint de machine à laver, c'est du joint standard, ça se remplace facilement, y pas de souci.

Mais n'ayons pas peur, on ne risque pas un Fukushima en France.

Parce que Fukushima c'est au Japon déjà oui vous faites bien de le souligner, et parce qu'on n'a pas la même culture, les japonais et nous. 

Au pire risquons-nous un Tricastin, un Fessenheim, un Nogent, mais pas un Fukushima ni un Tchernobyl. 

Le nucléaire c'est biodégradable, à long terme mais biodégradable quand même.

Il a sans doute raison mon éditeur, je devrais faire une autobiographie.

J'en ai déjà discuté avec lui, bon c'est pas une flèche finalement, évidemment c'est pour lui que je le fais. 

Pour lui rendre service.

À suivre...

Read More
Commis par pow wow on mercredi 22 avril 2020
.
Fourni par Blogger.

RÉALISER UNE DONATION

NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.