a y est, j'ai décidé de rompre.


Le silence.

Qui pèse sur ce blog.

"Il n'y a rien de plus pesant que le silence", me direz-vous avec tout le bon sens paysan qui vous caractérise, en épluchant des oignons avec vos mains calleuses au coin de la cheminée; ces mains qui ont tellement travaillé la terre nourricière, ces mains qui ont supporté de lourds fagots de bois lorsque le soleil déclinait sur l'horizon, annonçant la saison rude, ces mains qui ont aussi, souvent, dans la chaleur de la nuit, caressé l'être aimé. Comme un chat, un poney ou un putois des Landes. Ça arrive aussi, gardons-nous bien de juger.

"À part une enclume putain les amis merde", vous répondrai-je alors, avec cette bonhomie et ce souci de l'autre qui me caractérisent moi en tant que personne physique douée d'une conscience supérieure.

Je sais, il eût mieux valu que je rompisse ce lourd silence plus tôt, mais j'ai de bonnes excuses. J'ai été très occupé ces trois derniers mois. Par exemple la semaine dernière j'ai tondu.

Tu n'imagines pas, ami lecteur de passage, toi l'éternel itinérant de l'internet, le baladin du commentaire, le homeless de la homepage qui vient te réchauffer à l'ardent feu bienfaiteur de ce blog lorsque tes doigts, engourdis par le froid polaire d'une nuit d'été trop longue, cliquent sur ta souris désemparée à la recherche du bonheur; tu ne peux imaginer disais-je, toi qui vis loin des réalités comptables de la vie, combien j'étais perdu, pendant tout ce temps, dans des abîmes de perplexité et de réflexion. Pendant tout ce temps (X2). Je répète pour appuyer. Si je mets qu'une fois pendant tout ce temps, ça fait mi-temps un peu, ça fait le branquignol qu'a rien branlé, si je mets plusieurs fois ça fait plus que j'étais perdu à temps complet, je préfère, c'est plus le reflet de ma vraie nature, je suis pas le gars qui fait les choses à moitié, par exemple quand je fais une tarte je la fais entière. Par exemple aussi, si je veux boire à la bouteille et qu'il faut dévisser le bouchon en lui faisant faire quatre tours complets, je ne fais pas que deux tours en buvant quand même avec le bouchon branlant dessus qu'il faut alors enfiler complètement dans sa bouche sinon t'en mets partout parce que ça coule dans tous les sens.

Voilà, tu l'as compris au travers de ce clair exposé ami lecteur, je ne suis pas l'homme de l'inachevé, je suis l'homme de quatre tours complets sinon t'en mets partout.

J'ai décidé donc de rompre ce silence de façon spectaculaire, c'est-à-dire en parlant. J'aurais pu rompre le silence en ne disant rien tout en le faisant savoir, mais c'eût été moins parlant, silencieusement parlant s'entend. Un simple sourire, un signe de la main voire carrément un bras d'honneur n'auraient pas suffi, il faut bien se rendre à l'évidence, la communication ne se suffit pas de simples gestes, qui un signe de la main, qui une franche tape sur l'épaule, qui un bourre-pif dans le blase. Non mes amis, en vérité je vous le dis, il était important que je m'exprimasse sans plus tarder pour renouer les liens qui nous avaient unis, autrefois, aux heures somptueuses de ce blog, en une communion de pensée bienheureuse, laquelle s'étiolait depuis par votre faute, comme un bouquet de concombres s'étiolant dans un vase après avoir rempli la joyeuse maisonnée de ses puissantes fragrances concombrées. Au hasard. C'est la pleine saison du concombre. Relocalisons nos émotions. Ne jouons plus ce jeu pervers du mondialisme échevelé sans limite qui nous fait acheter des roses d'Argentine ou des tulipes du Mozambique, recentrons-nous sur le concombre de chez nous, mangeons concombre, pensons concombre, vivons concombre.

Je ne pouvais décemment vous laisser, à la belle saison des amours, pantelants de désir face à un écran ô combien vide, humant chaque matin après la rosée nettoyée vos flux RSS à la recherche de la phéromone d'humour libératrice comme au temps jadis, phéromone qui referait frissonner l'épiderme devenu terne, qui redonnerait de l'éclat à ces cheveux devenus gris trop tôt comme le poivre du Sichuan (1944), qui retendrait cette peau devenue flasque et ridée, séchée par le vent des steppes, burinée par le soleil du bassin parisien et moisie par l'humidité des arrières-salles de jeu des tripots clandestins de Macao; la saison est trop belle me dis-je dans mon for du dedans à moi dans un salvateur sursaut de conscience, la nature s'est donné rendez-vous dans une explosion de couleurs, d'odeurs, de sentiments et de parades qui, au terme d'une recherche de complémentarité et de perpétuation des espèces fort naturelles, donnera de nouvelles générations, la baleine et son baleineau, la cigogne et son cigogneau, la bigorne et son bigorneau, la prune et son pruneau, la poire et son poireau. Je ne pouvais vous laisser comme ça vous rabougrir comme une vieille chipolata au gras de porc décongelée, pendant que la nature s'accomplit, ou ssait, s'accomplissait ça va aussi, il m'en eût coûté ma place au paradis des zinzins, et de cela je ne voulais point, j'ai bossé dur du ciboulot, j'ai droit à ma place au paradis et en plus je suis armé jusqu'aux dents alors gaffe à vos fesses si y en a des qui veulent qui passent devant moi.

"Oui d'accord mais putain tout ça pour nous dire quoi?" t'entends-je dire au lointain, ami lecteur de passage, de ta petite voix grêle, que tu as comme l'intestin, somme toute. 

Mais rien, que dalle, ami lecteur de passage, comme d'habitude, hazuzuolle comme disent nos voisins les perfides albinos, ces pauvres hères dégénérés aux cheveux roux et aux dents longues, si longues que les soirs d'hiver on entend le cri des lames de parquet rayées avec force et brutalité par ces appendices émaillés qu'ils exhibent fièrement comme les défenses des grands animaux de la savane, tels le morse ou le cacatoès à dents longues. Ou comme le regretté tigre à dents de sabre, dont on se demande comment il pouvait bouffer vu que ce devait être bien difficile d'attraper des proies puisque lesdites dents étaient plus grandes que sa bouche ouverte, où l'on en conclût fort logiquement qu'il devait manger avec une paille. C'est comme les mamies de 100 ans qui ont un dentier tout neuf mais qui ne peuvent plus actionner la mâchoire, c'était un grand mystère de l'évolution resté longtemps inexpliqué, l'on s'est rendu compte en les observant dans leur milieu naturel, la maison de retraite, avec une caméra cachée dans la boîte à gâteaux, qu'elles se nourrissaient exclusivement de purée et de yaourts, mais elles finissent par mourir tout de même, et l'espèce des mamies de 100 ans s'éteindra dans l'indifférence générale comme celle des tigres à dents de sabre car elles sont malencontreusement passées à côté de l'évolution. Espérons que nous en tirerons de grandes leçons, ou au moins des Louis d'or cachés dans un sac plastique quand on débarrassera leur bordel, et par contre on foutra les napperons à la poubelle. Ou bien on les enverra aux bretons, car ils ont des napperons, vive les bretons.

C'est vrai, c'est mille fois vrai et je vous remercie de le souligner chez vous dans l'intimité du cercle familial, il faut le reconnaître avec force, il y avait longtemps que je n'avais pas mis les pieds sur ce blog. Mais il faut être honnête jusqu'au bout et dire aussi qu'à la vérité, je peux le jurer, je n'avais jamais mis les pieds sur ce blog, de toute ma vie, ni sur l'écran, ni sur le clavier, ni sur la souris, je ne suis pas un handicapé de l'UNICEF qui fait des blogs avec ses pieds, par contre je sais caresser un chien ou un chat avec les pieds, c'est vrai aussi. J'ai donc remis les mains sur ce blog, pour le plaisir des petits et des grands.

C'est surtout l'occasion, qui comme chacun sait fait le larron, de me pencher sur un mystère du bloggage que je n'avais pas résolu depuis au moins mes débuts dans cette discipline exigeante, à savoir d'intégrer un gif dans un message chez blogger. Je me suis demandé comment on faisait pendant toutes ces années. Mais faut dire que j'ai pas cherché une seule fois pendant toutes ces années non plus, ceci expliquant sans doute cela. Eh bien ma patience est récompensée aujourd'hui même. À force de chercher, à force de patience, à force de ténacité et ne me laissant jamais gagner par le doute ou le renoncement, en deux minutes j'ai trouvé sur Google comment on insère un gif dans un message.  Que ceci soit une magistrale leçon pour toi, jeune qui lit ce blog, une grande leçon de courage et de persévérance; n'abdique jamais, ne te décourage pas, et fais comme moi, ton modèle, va au bout de tes rêves, mets un gif dans ton blog. 

Mais le tout restait de savoir un gif de quoi que j'allais pouvoir foutre pour vous prouver que je ne suis pas un affabulateur précoce, et quelle plus belle occasion donc, nous était donnée, en période de Tour de France, de mort d'André Verchuren et de bal musette du 14 juillet pour mettre LE seul gif qui convienne en pareille occasion, LE seul gif approprié, un gif sur Yvette. Yvette Horner, la belle Yvette, la sensuelle Yvette, qui de son accordéon envoûte les soirées festives des français et nous régale de son air mutin depuis bientôt 155 ans, qui transcende tous les clivages de notre société avec la joie des airs joués sur son piano à bretelles, toutes classes et tous âges confondus, les hommes comme les transsexuels, les ouvriers comme les patrons, les gens habitant la sologne comme les cons, les enfants, les militaires, les pédophiles, les plâtriers, les rémouleurs de caravanes, tous, toutes, communiant dans la grandeur de la France par cette musique sacrée.  

Nous y voilà, aujourd'hui le 14 juillet 2013, le monde se souviendra à jamais de cette date qui marquera l'Histoire, le jour où j'ai réussi à foutre un putain de gif de merde sur mon blog. 

Profitez, savourez-le, je suis tellement heureux de vous faire ce génial cadeau.


Random site



Commis par pow wow on dimanche 14 juillet 2013
categories: , | edit post

32 réactions disproportionnées

  1. gemp Says:
  2. Ehhhh ben. J'aurai vu au moins un feu d'artifice du 14 juillet cette année...

     
  3. Alleluia ! Alleluia !
    Hosanna in excelsis deo !
    Pow wow est rescussité. Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.
    Et mort aux cons ! (quand même).
    Bon, je n'ai pas encore lu, je suis encore abasourdi par la nouvelle.

     
  4. Bien, alors voilà : j'ai commencé à lire mais alors ça va pas du tout. Je suis saoul. Je n'en ai pas lu la moitié et déjà je suis saoul. Putain t'en as mis trop là. C'est pas raisonnable. Tu devrais nous réhabituer par petites doses, progressivement. T'es fou. Combien ? Six mois au moins, sans rien, on se désintoxique et puis vlan, le tube complet d'un coup. J'abandonne pour ce soir, je vais cuver. À demain !

     
  5. bruanne Says:
  6. Merde, j'ai l'oreille qui gratte.
    Je voulais laisser un commentaire gentil, et je l'avais écrit même. Et puis voilà qu'on me demande de prouver que je ne suis pas un robot. C'est vexant.
    Alors je dis "merde j'ai l'oreille qui gratte". Et ça, c'est une preuve magistrale.
    Parce qu'un robot, c'est long à programmer, et personne ne programme un robot pour dire merde et encore mins pour se gratter l'oreille.
    Ça, c'est de la preuve ! Ha ha !
    Et quand le propriétaire des lieux fera ENFIN confiance à l'humanité? sans avoir besoin de preuve, je laisserai des commentaires gentils et humains.
    Non mais.
    Et qu'est-ce qui nous prouve que que tonton pow-pow n'est pas un robot, en plus ?
    Hein ?

     
  7. Ça c'est du retour, je commençais à me poser des questions au sujet de mon abonnement à 73 euros par mois, j'ai failli envoyer un fax à un moment donné.

    Tiens un idée de gif, clique sur mon pseudo :)

    Bon retour, ami pow wow !

     
  8. ce que j'aime c'est la progression dramatique de la baleine et son baleineau à la poire et son poireau. ouf, pow wow izbaque.

     
  9. poisson Says:
  10. Tout comme asinus, sauf que moi j'ai tout lu d'une traite hier soir. Ça faisait longtemps que je n'avais pas dû expliquer pourquoi je ris, que non je suis pas folle, non c'est pas ta tête, non c'est pas le son de la télé, etc. : c'est dans l'ordi!!!
    Non mais tu vois un peu tout ce que tu gardais à l'intérieur, mon dieu comme c'était mauvais de garder tout ça en toi.

     
  11. alain b Says:
  12. chais même plus comment on fait pour se connecter avec son profil, bon, pas grave.
    T'as dû ramasser pas mal de poussière quand t'es reviendu au bout de temps de temps.
    En tous cas ça fait du bien.

     
  13. alain b Says:
  14. et évidemment j'ai fait ma faute ;-)
    "tant de temps" tu peux corriger s'teuplé

     
  15. Ah, là, "gif sur Yvette", alors là, bravo, je ne m'en remets toujours pas...

     
  16. N'empêche que si tu avais fait ce billet il y a deux mois, ton gif serait complétement hors sujet. Tu as donc bien fait d'attendre.

     
  17. Alors là, chapeau ! Tout ça pour arriver à Gif sur Yvette. Quelle ténacité dans la quête du dérisoire ! j'admire.

     
  18. Unknown Says:
  19. Alors voilà, on rentre chez soi, les yeux tout embués d'autre paysages, et que se passe t-elle?Un retour en fanfare de l'ami pow wow?
    C'est un coup à vous flanquer à terre, ça.
    Sans compter que par terre, c'est dur.
    Et que donc, le coup, plus le choc, ça fait bcp.
    Or donc, je vais aller ne pas faire à moitié un repos bien mérité.
    Mais que ça ne t'incite pas à nouveau à une somnolence bloggesque!

     
  20. elihah Says:
  21. Ha oui mais non unknown c'est je!! Pas eu le temps de taper le truc anti robot en entier, que déjà ça s'en va dans le tuyau!!
    je redis:
    Alors voilà, on rentre chez soi, les yeux tout embués d'autre paysages, et que se passe t-elle?Un retour en fanfare de l'ami pow wow?
    C'est un coup à vous flanquer à terre, ça.
    Sans compter que par terre, c'est dur.
    Et que donc, le coup, plus le choc, ça fait bcp.
    Or donc, je vais aller ne pas faire à moitié un repos bien mérité.
    Mais que ça ne t'incite pas à nouveau à une somnolence bloggesque!

     
  22. pow wow Says:
  23. Rhâ non merde, j'ai perdu toutes mes réponses à vos com's!

    Gemp, moi aussi j'en ai vu un tananère, c'était même le premier de mon petit-fils qui n'a pas bronché. Je sais, vous n'en avez rien à foutre.

    Asinus, mais nom de dieu va te coucher, j'ai honte pour toi, 'spèce de pochetron. Votre réputation n'est pas usurpée à vous les bretons hein?

    Bruanne, le robot y faut y répondre gentiment pis pile-poil ce qu'y demande sinon y te jarte de là, et en plus il fait des questions tout de traviole comme quand on mangeait du LSD à l'école.

    Fan, y a un type qui a ce gif comme avatar sur numérama, c'est pas toi par zazarre?

    Zoze, oui je suis revenu à la saison des amours, car amour rime avec Rocamadour. Et avec saucisses au boulgour.

    Poisson, t'es une pochetronne comme Asinus? diantre, moi qui avais jusque là une bonne image de toi, je te prenais pour une sainte!

    Alain, oui bon en même temps, si tu ne faisais pas quelques fautes de temps à autres, on n'en serait pas là. ;)

    Sleepless, Asinus, oui, un billet pour un bon mot, je pense à un truc, je le note, je fais un billet pis je regarde sur gogole "gif yvette horner" pis je constate qu'un petit malin a déjà fait le lien avec gif sur yvette et mon monde s'écroule. Enculés de saboteurs plagiaires anonymes!

    Nombril, j'aurais pu attendre le 14 juillet 2014, personne n'y aurait vu que du feu, putain c'est bizarre comme bout de phrase, tu m'en fais écrire de ces trucs alors toi!

    Elihah, j'ai cru un instant que tu étais un anonymousse, mais c'est bien ton système, deux com's par personne, à partir d'aujourd'hui j'instaure ce quota obligatoire.

     
  24. pow wow Says:
  25. Et je vous signale que vous venez tous/tes de prendre 250 000 euros d'amende car aucun de vous n'est un hermaphrodite amish, bande de resquilleurs.

     
  26. pow wow Says:
  27. Oh oui tiens, faisons des com's tout seul.

     
  28. pow wow Says:
  29. Après tout ça mange pas de pain.

     
  30. pow wow Says:
  31. Tiens j'aligne encore un avatar et ça fait comme si j'avais gagné une partie de Puissance 4.

     
  32. Dis-donc, à propos d'avatar, j'en avais un beau avant quand je déposais un com sur ton blog. Pourquoi qu'j'en ai pus ?
    T'as fait ça pour gagner tranquille à Puissance 4. C'est petit je trouve.
    Sans déconner, où sont passés nos avatars ?

     
  33. pow wow Says:
  34. Mais j'en sais rien Asinus, t'en poses de ces questions quand t'es à jeun!

    Mais t'es à jeun au moins, rassure-moi?

    Bon sérieusement, y a plusieurs trucs qui marchent plus chez blogger comme les commentaires à droite de l'écran (j'ai dit à droite, regarde pas à gauche, je te vois), les zavatarres et d'autres menues peccadilles (et lâche-moi cette bouteille de gnole, je te vois je te dis) et y font chier chez blogger, mais ceux qui ont un compte blogger, y z'ont droit à leur beau navatarre.

     
  35. mon avatar aile de papillon marche, c'est celui de blogger soi-même. p'tain, je l'avais point vu, le gif sur yvette - qui a eu l'incroyable opportunité de défunter un jour de fetnat. et là j'essaie l'adresse sur wordpress.

     
  36. mon avatar aile de papillon marche, c'est celui de blogger soi-même. p'tain, je l'avais point vu, le gif sur yvette. je te soupçonne d'avoir monté ta sauce avec ça pour cible. et là je signe avec mon adresse wordpress, mais il faut être connecté avant.

     
  37. Véro Says:
  38. Du grand ! DU TRES GRAND POW WOW !!!
    J'ai ri du début à la fin tout en disant : "Qu'Il est con ! Mais qu 'Il est con !!!" (2x parce que t'es pas la moitié d'un con...et avec un I majuscule parce que tu le vaux bien !...)

     
  39. Tu me saoules avec tes mots et après tu me traites d'ivrogne. Tu veux que je te dise, t'es qu'un mystificateur et je ne crois pas un mot de ce que tu écris. Voilà, t'es content ?

     
  40. pow wow Says:
  41. Cigale, oui tu soupçonnes bien, le gros bol de mayonnaise est indispensable!

    Véro, calme-toi, espèce de groupie, et merci! ;)

    Asinus, tu es pardonné car j'ai moi aussi du sang breton dans les veines (donc de l'alcool).

     
  42. elihah Says:
  43. Ha ben paraîtrait que j'en ai aussi de chouchen dans les veines.Je le cherche encore d'ailleurs.
    Bon je vais aussi aller prouver que chuis pas qu'un robot.

     
  44. Alors voilà, je suis encore la dernière.

    La dernière prévenue, au gniouf, au mitard des blogs, dernière branchée au courant de l'Internet.
    Parce que ça m'étonnerait que je sois la dernière à m'esbaudier de ce retour en fanfare si justement acclamé.
    Je suis la dernière du moment (parce qu'en plus tu vas voir que je vais me faire voler ma place de dernière) qui passe, mais je me mêle à la foule qui pousse des oh ! et des ah ! devant les fusées multicolores de ton clavarfage.
    Et pas caviardage hein, faudrait voir à pas caviarder le gif sur yvette, on pourrait avoir des problèmes avec hadopi.
    D'ailleurs difenc il dit le bot, c'est un bot étranger c'est pour ça.

     
  45. LPR Says:
  46. Ben non kako, t'es pas la derniere ( il m;a fallu tout ce temps pour prouver mon non-robotisme )

    Welcome back sir pow wow!

     
  47. J'me savais que j'me f'rais voler la place ! ;o))


    Ivindur !

     
  48. pow wow Says:
  49. Elihah, bienvenue au clhips!

    Kako, le plus important est que tu sois venue, que tu aies vu, et que tu aies vaincu (ce putain de robot de merde) (y font chier chez blogger) (nonobstant).

    L-P R, content de te revoir aussi, paraît qu'il fait chaud chez toi. Et le bébé, il est comment le bébé, le royal gamin?

     
  50. Bysonne Says:
  51. bysonne le retour, je suis toujours en vie .... Je ne sais pour combien de temps ??

     
.
Fourni par Blogger.

Google+ Followers

N'oublions jamais !

N'oublions jamais !

RÉALISER UNE DONATION

Mon meilleur profil grec

Ma photo
pow wow
Vanuatu
Regarde dans l'onglet "À propos" là au-dessus si des fois ça te chante.
Afficher mon profil complet

Fais tourner!

Les boutons ci-dessous détectent automatiquement la page sur laquelle vous vous trouvez pour la partager, c'est vachté bien foutu n'empêche.

Touitteur poweur




NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

ESPIONS DE LA NSA

Suivre le blog en recevant un nimèle dans ta boitolette virtuelle

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

NOS RÉCOMPENSES, LABELS ET CERTIFICATIONS

Montage créé avec bloggif